DSCN0716

C'est l'histoire d'un homme qui tombe d'un immeuble de cinquante étages

Le mec au fur et à mesure de sa chute il se répète sans cesse pour se rassurer:

"Jusqu'ici tout va bien, jusqu'ici tout va bien, jusqu'ici tout va bien..."

Mais l'important ce n'est pas la chute...

C'est l'atterrissage...

 

                                                   Matthieu Kassovitz (La Haine)

 

   Tout homme qui croit être différent des autres, que sa personnalité le préservera des erreurs commises avant lui, se réserve de grosses surprises... 

    Depuis ma séparation, je vivais une espèce de rêve éveillé... Tout semblait aller mieux qu'avant.

    Le fait d'enchaîner les soirées alcoolisées avec des gens nouveaux et intéressants (oui, même celui qui a voulu me retapisser le rectum...) était comme une oasis dans le désert affectif et festif qu'avait été ma vie durant les sept années précédentes... Je ne voulais plus que ça s'arrête.

    J'ai baisé plus de femmes en un mois que les dix années précédentes. Je réfléchis d'ailleurs à sortir une étude comparative des différentes pratiques sexuelles exercées par nos contemporaines, en tout cas sur la Côte d'azur...

    Je songeais aussi à sortir un manuel du queutard avec best of des techniques d'approche sur internet et en réel, ainsi qu'un top 10 des excuses à sortir pour ne plus revoir quelqu'un...

    Tout semblait tellement plus facile... En prenant le tram le matin j'avais la sensation que les gens me remarquaient, que les filles que je croisais me rendaient mes regards, puis se détournaient en rougissant... Enfin c'est arrivé, et plus d'une fois!!!



    J'avais la sensation d'être arrivé au top de ce que je pouvais être, représenter et faire dans ma vie. Trente deux ans tout juste, et le monde pour seule limite!!! Une rencontre a fait basculer tout ce bel et illusoire édifice. Le genre de rencontre qui vous marque et que vous n'oublierez probablement jamais...



    Dans mon post précédent, je parlais rapidement des cinq rencards prévus pour cette semaine. Tout semblait devoir se poursuivre tel quel et j'abordais le premier hyper relax, avec schnaps et sexe en main... Une fille mignonne et inintéressante avec qui je discutais de "Nice by Estrosi" et de la popularité de "Flamby" pendant une bonne heure, le minimum de politesse. C'était tellement nul à chier que j'en ai complètement oublié de mater son postérieur, je suis incapable de dire si elle est bandante ou pas. En fait j'avais hâte de retourner discuter par textos avec mon rencard du jeudi qui était particulièrement intriguant... 

 

    Je suis capable de dire "je t'aime" à une fille le premier soir si c'est pour coucher avec elle. Je peux discuter des heures avec des potes relous en attendant qu'ils s'en aillent et être prêt au coït en 10 minutes. Ça ne me pose aucun problème de publier ma vie intime sur internet... J'y prends même du plaisir! Ces temps ci je suis un mec peu recommandable, en tout cas pour pas mal de filles...

 

    Sauf que... Cette fille était spéciale. Je n'ai jamais eu si vite de tels échanges téléphoniques avec quelqu'un, passionnés, engagés, totalement honnêtes aussi. Je ne lui ai rien caché, elle n'a pas pris peur, elle a aimé ça et elle a surenchéri!!! Elle me comprenait immédiatement et totalement, elle aurait pu finir toutes mes phrases...

    Fucking bullshit, alors ça existe?? La tension est tellement montée que je suis passé la voir mardi à minuit et demi, alors que j'étais déjà sous ma couette, un plan genre "chiche?" et je prenais ma bagnole. Je me suis fringué avant (pour ceux qui pourraient en douter...), j'étais bourré mais pas TANT que ça, voyons... Quinze minutes et j'étais chez elle. Et là j'ai cru vivre un rêve... Échange de baisers passionnés, discussion sans temps mort, excitation montante... Je finis par la quitter vers 3h du matin, pour essayer de passer un semblant de nuit... Et sans conclure, ce qui est une première pour un premier rencard "at home"...

    Le lendemain, après les 600 premiers textos, on en est venu à décider de se voir le soir même au restau. Et là elle m'écrit un truc du genre: "je sens que ça va être une super soirée. Essaie juste de ne pas venir complètement démonté comme hier soir...", le tout avec délicatesse et tact.

FLASH!!!

   Un ange passe. Ce que les junkies appellent un moment de lucidité... Mon esprit est en train de se retrouver à la place du sien la veille, je vois un mec complètement arraché, qui pue de la gueule et qui a des cernes jusqu'au menton. Et là le rêve s'écroule. C'est comme de commencer à détricoter le pull d'une fille. Une fois la première maille enlevée, il n'y a qu'à tirer pour laisser apparaître la poitrine.

    J'avais vidé une bouteille de rhum en deux soirs. En continuant à ce rythme, il est probable que j'aurais fini par consommer environ autant qu'un hélicoptère Tigre (soit six cent litres à l'heure), mais en l'état le chiffre était déjà effarant.

    On continue de détricoter... Je suis arrivé quatre fois à la bourre au taf en deux semaines, ça ne m'était JAMAIS arrivé... Un simple coup d'œil sur mon compte en banque aurait suffit à couper la trique à DSK et en plus j'avais du tellement la saouler de paroles qu'il était miraculeux qu'elle daigne encore sortir avec moi...

    La soirée elle même a été comme un rêve, mais je ne rêvais plus. Tout ce qui s'est passé cette nuit là m'a démontré une chose: malgré une entrée en matière tumultueuse, cette fille ne demandais qu'à m'aimer et je ne le méritais clairement pas. Elle voulait me tenir la main, m'embrasser dans la rue, montrer au monde que j'étais avec elle... Mon objectif principal des semaines précédentes a été de convaincre une de mes copines de venir avec moi en club libertin dans le but de l'échanger pour avoir des idées pour mon blog!!! 

    Alors j'ai tranché. Je me suis privé d'elle. Je le regretterai très longtemps mais il était hors de question qu'une fille si géniale ne souffre à cause d'un mec comme moi. Elle a été d'une grande classe, comme je n'en avais jamais douté, fidèle à l'image que j'avais d'elle. Je ne l'oublierai jamais.

 

    Mais pas d'inquiétude, pour me consoler j'ai vidé une demi bouteille de Jack... Je recommence à avoir des rencards mais le cœur n'y est plus pour le moment. D'autres filles tomberont surement dans mes filets, donc il est probable que je produise encore quelques posts avant qu'une limite naturelle ne vienne couper mon élan... Comme le dégout de soi ou la conscience que tout ça ne durera pas.

 

    De nouveaux rencards se profilent. Mon optimime reprend le dessus. Je me remet à boire du Jack et à déshabiller les filles du regard. L'esprit a une tendance naturelle à se persuader que tout n'est pas si grave... Après tout, ce n'était peut être que mon âme soeur? Il me reste le Jack, la coke, les filles et le taf. Que demander de mieux?

     Comment ça l'Amour?